La communauté de l’Arche de Saint Antoine 

La Communauté de l’Arche de Saint Antoine ce sont des personnes (familles, célibataires, personnes seules) unies par leur engagement dans la non-violence, outil de transformation de soi et de transformation de la société.

Dans cette maison habitent une quarantaine de personnes (enfants compris) qui ont choisi une vie simple, de partage et d’approfondissement spirituel. Parmi eux, il y a des engagés, qui habitent ici toute l’année, et des personnes qu’y passent un temps pour découvrir la vie communautaire.

Nous expérimentons une vie communautaire faite de travail, de simplification des besoins, de conciliation et de réconciliation, de prière et méditation, ainsi que de chants, de danses et de fêtes. Nous participons aussi à des actions en faveur de la justice et de la paix, en lien avec d’autres mouvements et associations dans un esprit de non-violence. 

L’Arche de Saint-Antoine fait partie du mouvement international de l’Arche Non-Violence et Spiritualité, fondé en 1948 par Lanza del Vasto, après sa rencontre avec Gandhi. 

La communauté a été fondée par des chrétiens sans attachement particulier à une Église, et accueille des personnes de toutes croyances dans le respect du cheminement spirituel de chacun. Son choix d’une pratique essentiellement chrétienne n’implique pas pour la communauté, en tant que groupe, le rattachement à une église, chacun étant libre de son engagement personnel (dans l’une des confessions chrétiennes ou non), étant bien entendu que la communauté n’est pas une église.

Nous accueillons en « séjour communautaire » des personnes souhaitant partager notre mode de vie et expérimenter nos principes du « vivre-ensemble ».

Sa vocation

Outre la mission de l’Arche de vivre et de faire connaître la non-violence, la communauté de Saint-Antoine a une vocation spécifique qui peut se définir en quatre points :

  • l’accueil des pèlerins de notre époque :

dans le cadre de ce village où les pèlerins ont afflué pendant des siècles, la communauté accueille les pèlerins de notre époque, ceux qui se mettent en route pour trouver ou donner un sens à leur vie, ceux qui veulent enrichir leur vie spirituelle. Chacun est accueilli dans le respect de ce qu’il est et de ce qu’il croit. Pour vivre cela, la communauté dispose d’un outil précieux : la maison d’accueil, qui est aussi son outil de travail.

  • le travail de reconstruction de la personne :

prendre conscience de qui nous sommes, travailler sur nos blocages psychologiques qui nous empêchent de recevoir la vie en plénitude que Dieu nous donne. Ce travail de reconstruction part de la prise en compte de l’unité l’être humain  : corps – âme (psyché) – esprit. Le plan psychologique et le plan spirituel sont liés. Ce continuel travail personnel de transformation nourrit et dynamise la communauté.

  • le travail sur la relation :

apprendre à accepter l’autre tel qu’il est, apprendre à écouter, à se dire, à construire des relations fondées sur le respect mutuel, pour ainsi construire une société plus humaine. Apprendre à gérer les conflits, inévitables dans toute relation. L’apprentissage d’une relation vraie et vivante est long et difficile. La vie communautaire est un lieu privilégié pour expérimenter la relation fondée sur la non-violence et sur la joie du vivre ensemble.

  • l’approfondissement de la spiritualité chrétienne :

tout en gardant la vocation d’œcuménisme et de réconciliation religieuse de l’Arche, la communauté de Saint Antoine, choisit d’affirmer l’identité chrétienne de ses engagés et de la nourrir par un rythme de prières quotidiennes (parmi lesquelles une prière interconfessionnelle) et des temps de retraite. Ce choix part de la constatation qu’un vrai œcuménisme demande d’abord un enracinement : vivre pleinement notre identité chrétienne nous permet d’accueillir pleinement l’autre dans sa tradition.